Les premiers moines chrétiens : la figure de saint Antoine le grand

Les premiers moines de l’Eglise catholique apparaissent en Afrique, particulièrement en Égypte autour de la ville d’Alexandrie. Saint Antoine le grand, né en l’an 251 et mort en 356 à l’âge de 105 ans est l’une des figures les plus importantes du début du monachisme. Il est ainsi appelé pour être distingué de bien d’autres saints Antoine de l’histoire. Saint Antoine le grand, bien qu’il ne soit pas le premier moine chrétien est communément reconnu et appelé le premier moine à cause de son influence très forte dans la vie monastique. Face à une vie dans la cité qu'il considère pleine de péchés, saint Antoine le grand choisit de s'en détacher et vit dans le désert. L'évêque d'Alexandrie saint Athanase popularise le modèle d'Antoine, considéré comme le fondateur du monachisme dès le lendemain de sa mort, en rédigeant en 357 le récit de sa vie dont voici un extrait.

L'influence de saint Antoine le grand

Saint Antoine a été un moine exceptionnel du désert. Il fut un de ceux qui jouissaient d'une réputation au-dessus de la moyenne. Même la lecture du récit de sa vie a suscité de nombreuses vocations de moines. Lisons le témoignage de Saint Augustin écrit en l'an 400.

 

Nous eûmes la visite, Alypius et moi, d'un de nos concitoyens d'Afrique, Potitianus, l'un des premiers officiers militaires du palais. J'ai oublié ce qu'il voulait de nous. Nous nous assîmes pour nous entretenir. Alors, il fut amené par la conversation à nous parler d'Antoine, solitaire d'Egypte, dont le nom si glorieux parmi vos serviteurs nous était jusqu'alors inconnu. Il s'en aperçut et s'arrêta sur ce sujet ; il révéla ce grand homme à notre ignorance, dont il ne pouvait assez s'étonner. Nous étions dans la stupeur de l'admiration au récit de ces irréfragables merveilles de si récente mémoire, presque contemporaines, opérées dans la vraie foi, dans l'Église catholique. Et nous étions tous surpris, nous d'apprendre, lui de nous apprendre ces faits extraordinaires.

L'autre géant du monachisme : saint Benoît

Saint Benoît, le fondateur de l'ordre des bénédictins est né vers l'an 480 à Nursie (Italie), mort en l'an 547. C'est lui qui développa le monachisme en Europe. Laissons le Pape saint Grégoire le grand (540-604) nous parler de lui. 

Jeunesse

Il y eut un homme de sainte vie, Benoît, béni par la grâce et par le nom. Dès le temps de sa jeunesse, il portait en lui un cœur digne de celui d'un vieillard : dépassant son âge par ses mœurs, il ne livra son âme à aucune jouissance, mais alors qu'il vivait encore sur cette terre et qu'il avait la possibilité d'en user librement pour un temps.

Ce qui a démarqué Saint Benoît des autres moines de son temps

Ce qui a distingué Saint Benoît des moines de son temps c'est la sainteté de sa vie soutenue par le grand équilibre de sa doctrine dénotant une profonde sagesse et un  réalisme. Saint Benoît est plein de respect pour l'homme, attentif et délicat. Tout en étant exigeant et rigoureux dans l'organisation de la vie de chaque jour, il est soucieux des plus faibles, des malades et des pauvres. Dans le chapitre « Du bon zèle qui doit brûler le cœur du moine » il écrit : « Les frères s'honoreront mutuellement de leurs prévenances, ils supporteront avec une grande patience les infirmités des autres, tant celles du corps que celles de l'esprit. Ils s'obéiront à l'envi les uns aux autres » RB 72, 5-6.

Historique du monastère des bénédictines de Koubri

« Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t'indiquerai » (Gn 12, 1).

C'est en 1959 que, pour la première fois résonna au cœur de l' Abbaye Notre-Dame de Protection de Valognes, en Normandie, au Nord de la France, l'appel du Pape Pie XII invitant les monastères de vie contemplative des pays de vieille chrétienté à partager ce trésor qu'est l'appel à la vie monastique avec leurs frères et sœurs des jeunes Églises des pays de mission. Au  même moment des évêques d'Afrique font signe. Parmi eux Monseigneur Paul ZOUNGRANA, Archevêque de Ouagadougou, futur Cardinal, demande avec insistance un monastère pour la jeune mais dynamique Église de son pays, la Haute-Volta, actuel Burkina Faso.

Koubri aujourd'hui

Par une bénédiction spéciale du Seigneur et une attention particulière de sa Providence, les premières vocations sont arrivées dès le mois de décembre 1963, à peine quatre mois après l'installation des fondatrices. Des âmes assoiffées de cette vie monastique avaient été préparées par le Seigneur lui-même et attendaient ! Dieu prenait soin de son petit troupeau, sa communauté de Notre-Dame de Koubri.

La première entrée le 7 décembre 1963, Sr Thérèse-Marie Wêndpânga SEDGO est toujours parmi nous, heureuse aînée d'une famille qui poursuit son chemin de conversion sous le regard de Dieu ! Oui, « qu'il est bon de suivre Dieu » (nom théophore d'une de nos sœurs déjà au ciel),  de chanter son amour et ses miséricordes !

© 2017-2019 Monastère des bénédictines de Koubri - Tous les droits réservés

Please publish modules in offcanvas position.