L'oblature

Imprimer

Oblature, du mot « oblat » qui signifie « offert ».

L'oblature est cette réalité qui offre à une personne, homme ou femme, laïc consacré ou non, de faire de sa vie de chrétien dans le monde une offrande à Dieu, en s'inspirant de la spiritualité bénédictine. On peut donc parler à juste titre d'une vocation, d'une réponde à un appel. 

Entrer en oblature, c'est choisir d'entrer dans un processus de formation pour arriver à mener la vie d'un oblat, d'une oblate. L'oblat/e demeure engagé/e dans une vie familiale, paroissiale, sociale. C'est pour suivre le Christ de plus près qu'il choisit de se mettre à l'école de St Benoît et de sa Règle. Même déjà engagé dans le sacerdoce on peut être oblat bénédictin.

L'oblature a commencé à Koubri dans les années 1982. Le P. Jean-Marie Martin en a été le premier responsable mais les deux monastères de moines et de moniales se trouvaient unis pour répondre de cette structure.

Les premiers oblats bénédictins de Koubri ont fait leurs engagement en  (1983/1984) : ils étaient deux couples : Vincent et Angèle BATIONO, Isidore et Henriette ILBOUDO et un laïc célibataire, Emmanuel NIKYEMA.

Le dernier dimanche de chaque mois les réunissait pour leur rencontre mensuelle ; ils participaient à la Messe chez les moniales et retournaient chez les moines pour les enseignements et le repas. Il en est encore ainsi de nos jours. Une fois l'an avant la semaine sainte, ils ont leur retraite chez les moines. A Ouagadougou ils se retrouvent le mardi pour des activités caritatives et une prière commune.

Chaque oblat et tenu d'organiser sa vie de telle manière qu'il puisse répondre à ses obligations et engagements : temps d'oraison et récitation de l'Office Divin.