La pratique des vœux monastiques

Engagement à la suite du Christ, sur les pas de St Benoît sous le manteau de la Vierge Marie

Nous portons à présent notre réflexion sur nos engagements monastiques, sur ce que nous promettons à notre profession, notamment sur l'importance du vécu, de la Pratique de nos vœux monastiques. Voici quelques textes : 

- « Faites des vœux et tenez vos promesses au Seigneur votre Dieu » (Ps 75)

- « Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu'il m'a fait ? Je tiendrai mes promesses au Seigneur,  oui, devant tout son peuple ! » (Ps 115) 

- « Ce n'est pas en me disant : Seigneur, Seigneur, qu'on entrera dans le Royaume des Cieux, mais c'est en faisant la volonté de mon Père qui est dans les cieux » (Mt 7,21)

- « Ainsi tout homme qui entend les paroles que je viens de dire et les MET EN PRATIQUE, peut être comparé à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc  Et tout homme qui entend les paroles que je viens de dire et NE LES MET PAS EN PRATIQUE, peut être comparé à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable… » (Mt 7, 24-27)

- «Quiconque a mis la main à la charrue et regarde en arrière est impropre au Royaume de Dieu » (Lc 9, 62)

- «Et ce qui est dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la Parole avec un cœur noble et généreux, la retiennent et portent du fruit par leur constance » (Lc 8, 15). 

- « Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique. » (Lc 8, 21). 

- « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui l'observent ! » (Lc 11, 28). 

- Autres textes : la parabole des deux fils (Mt 21, 28-32) ; 1 Co 13 ; Jc 1-2 ; etc. 

Ces quelques références bibliques (on pourrait en ajouter) suffisent déjà pour nous montrer l'importance de la PRATIQUE et du respect de ses promesses. Qu'en faisons-nous ? Prenons conscience de cette importance du vécu de nos engagements, de leur pratique dans le concret de la vie quotidienne. 

Si nous en sommes convaincus, nous rendrons notre vie et notre conduite conformes et en accord avec nos engagements, nos vœux monastiques. Nous éviterons ainsi de condamner par nos actes ce que nous avons promis en paroles à Dieu le jour de notre profession, après un si long discernement. Ce serait alors se moquer de Dieu comme dit saint Benoît et manquer notre but d'être avec Dieu pour toujours (RB 72).

Saint Benoît demande aux aspirants à la vie monastique de discerner et de bien réfléchir avant de s'engager :

- « Voici la loi sous la laquelle tu veux servir. Si tu peux la pratiquer entre. Si tu ne peux pas, tu es libre, tu peux partir » (RB 58, 10). 

- « Il fait sa promesse devant Dieu et devant les saints. Alors s'il lui arrive de se conduire autrement, il doit le savoir : le Dieu dont il se moque le condamnera » (RB 58, 18).

En effet, comme nous l'avons dit plus haut, si les vœux ne sont pas obligatoires, ni ne s'adressent pas à tous, ils deviennent pour ceux qui les prononcent une obligation, un devoir. On peut faire ou ne pas faire des vœux, mais si on les fait, on y est tenu. Cela devient obligatoire. 

© 2017-2019 Monastère des bénédictines de Koubri - Tous les droits réservés

Please publish modules in offcanvas position.